Paysages-patrimoine : base de données en ligne de cartes et iconographie de l'époque moderne - Université de Poitiers et Limoges

Auteur : 

Anonyme

Titre : 

Atlas de la châtellenie de Dissay et de la baronnie d’Arcourt

Type : 

Cartographie : Carte

Année : 

1770


Période

1750-1799

Lieu de conservation

Archives départementales de la Vienne

Cote

REGISTRE n°77

Echelle

1/12500e

Grandeur d'échelle

Communal

Département(s)

Vienne

Communes

Dissay

Mots-clés (tags)

Exploitations agricoles (métairies), Moulins, Terres labourables, Vignes, Prairies, Parcs, Forêts, Bois, Taillis, Jardins (ouches), Marécages, Parcelles

Notice

26 planches aquarellées, tableau d’assemblage, chemins vicinaux, lieux-dits, toponymie, limites de fief, numérotation des parcelles. 11,7 cm pour 180 chaînées de 25 pieds de roi (tableau d'assemblage).

 

http://www.archives-vienne.cg86.fr/

Commentaire paysager

L’Atlas de la châtellenie de Dissay et de la baronnie d’Harcourt a été réalisé en 1770 dans le cadre de la réfection du terrier seigneurial, véritable cadastre accompagné de 26 plans. Cette planche aquarellée met d’abord en valeur le château de Dissay, siège de la seigneurie et résidence d’été de l’évêque de Poitiers. Le château y est figuré avec ses douves et ses jardins arborés au plan géométrique. En contrebas, dans la vallée du Clain, on observe un ensemble de prés de fauche sans doute inondables, soigneusement délimités.  Au dessus du château, les maisons du petit bourg de Dissay s’alignent le long de l’enceinte chacune accompagnée de son jardin. Autre élément bien identifié du terroir, de part et d’autre du bourg, sur les parties hautes, se détachent trois grands « clos »  probablement plantés en vigne, très présente dans le Haut-Poitou.  Enfin, en s’éloignant du bourg et du château on retrouve un ensemble de champs ouverts, de formes assez massives destinés classiquement à la culture des « bleds ».

 

Dissay offre ainsi un bon exemple de la diversité des productions et des paysages agraires d’un terroir poitevin équilibré entre herbages de la vallée, coteaux et plateaux pour les vignes et les céréales, le tout dans le cadre d’une puissante seigneurie, élément déterminant de l’organisation du paysage.