Paysages-patrimoine : base de données en ligne de cartes et iconographie de l'époque moderne - Université de Poitiers et Limoges

Auteur : 

BEAURAIN de 

Titre : 

Carte topographique de l’isle d’Aix, dédiée et présentée au roy…

Type : 

Cartographie : Carte

Année : 

1757


Période

1750-1799

Lieu de conservation

Médiathèque Michel Crépeau de la Rochelle

Cote

1 PL 815

Echelle

1/2300e

Grandeur d'échelle

Local

Département(s)

Charente-Maritime

Communes

île d'Aix

Mots-clés (tags)

Rochers, Dunes littorales, Plage (conches), Estran, Moulins, Terres labourables, Vignes, Arbres, Marécages

Notice

Plan en noir et blanc, avec en encart des représentations de l’île Madame, de Rochefort et de l’Aunis ainsi que des commentaires administratifs. Mention des forts, citadelles et chemins.

 

Médiathèque Michel Crépeau de La Rochelle

Commentaire paysager

Sentinelle protégeant la rade de Rochefort, l'île d'Aix offre sur une superficie très réduite et les mêmes caractéristiques physiques et paysagères que le continent tout proche dont elle est le prolongement. Le long des rivages aixois se succèdent ainsi côtes rocheuses,  côtes basses, sableuses ou marécageuses. Sur cet extrait de la carte de 1757, représentant le littoral nord-ouest de l'île, dominent les affleurements rocheux de la pointe et des rochers de Jamblet. Les falaises, bordées de nombreux écueils, correspondent à la terminaison septentrionale du plateau calcaire insulaire. A l'opposé, l'existence de deux anses à l'Ouest et à l'Est, attestent d'un matériel géologique plus sensible à l'érosion, d'où la présence de côtes basses en partie remblayées par une sédimentation sableuse. La variété des substrats géologiques  et des sols qui en sont issus ont été mis à profit par les hommes, une ambiance climatique clémente y a également contribué.

 

On note ainsi à l'arrière de la dune littorale, de la vigne qui à l'abri des vents d'ouest, s'est développée dans les sables sans doute engraissés au sart (algues). Champs et jardins colonisent le plateau en partie déboisé, alors que les terres marécageuses, difficile à mettre en valeur, sont quant à elles laissées en friche.